Compte rendu de l’atelier “Finance”

19 août 2019 0 Par LaurentD


Par Roby Tschopp, Candidat NE au Conseil national

Préambule
L’atelier « Finance » a réuni une vingtaine de personnes et s’est penché sur la manière de réorienter les ressources financières actuelles vers la transition écologique ainsi que la manière d’accompagner ce mouvement auprès des franges fragilisées de la population.
Intervenant.e.s :
Sophie Swaton, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, géographie et durabilité,
Dominique Biedermann, initiateur et ancien dirigeant de la Fondation Ethos.
Sa présentation Powerpoint (pdf, 135ko)
Yvan Maillard, les ArtisansdelaTransition et Pain Pour le Prochain.
Sa présentation Powerpoint: (pdf, 2 Mo)

Ont été examinés :

  • le système de capitalisation institutionnelle (caisses de pensions, banque nationale, fonds souverains…) et les responsabilités qui en découlent ;
  • le danger systématique autant financier qu’environnemental qui découle des investissements dans l’économie du carbone (pétrole, charbon, gaz naturel) et la nécessité d’y renoncer ;
  • le Revenu de Transition Ecologique (RTE) comme exemple de mécanisme permettant d’inclure les franges fragilisées de la population dans les changements de principes économiques.

Propositions d’action mises en lumière par le groupe

L’idée étant de creuser les pistes plus politiques, les démarches de type individuel n’ont pas été approfondies. Citons parmi celles-ci le choix d’une banque responsable comme la Banque Alternative, les choix de consommation, les investissement dans les énergies renouvelables pour sa propre habitation etc.

  1. Maintenir jusqu’au bout le soutien sans faille à l’Initiative pour des Multinationales responsables.
  2. Pour un parti ou un mouvement, organiser un (ou plusieurs) « Apéro Divest » en recourant à l’offre d’animation de l’association les ArtisansdelaTransition.
  3. Reprendre dans les parlements communaux et cantonaux les propositions formulées et mises à disposition des élue.e.s par l’Alliance Climatique.
  4. Exiger à tous les nivaux la transparence des flux financiers (ce qui ne signifie pas qu’il faut attendre les résultats pour agir).
  5. Au niveau du Parlement fédéral, réviser la Loi sur la Banque nationale suisse (BNS) afin d’exclure des investissements dans les activités génératrices de gaz à effet de serre (décarbonisation des investissements).
  6. Pour les caisses de pension, utiliser tous les canaux possibles (législation fédérale sur la LPP, dispositions cantonales et locales sur les caisses de pension publiques) pour exclure les investissements dommageables pour le climat.
  7. Garantir le permanence des infrastructures de production d’énergie à faible empreinte climatique, notamment les barrages, en en faisant un bien public inaliénable. Eventuellement par un fonds souverain alimenté par une partie des réserves de la BNS.
  8. Encourager les entités qui ont la possibilité (des ORP aux collectivités publiques et para-publiques locales en passant par les assurances sociales) à expérimenter le Revenu de Transition Ecologique (RTE) ou des formules équivalentes.
  9. Dans les parlements à tous niveaux, adapter les bases légales et réglementaires pour permettre la mise en œuvre du RTE.